Cameroun : Dignité en détention

DIDE : Promotion du respect des règles minimales de droit pour les personnes détenues en milieu carcéral camerounais (déc. 2010 - juin 2014)

prison Yaoundé 2

Aucune news insérée

Présentation

Au sein d’un système judiciaire déjà en difficultés, par manque de moyens, de ressources humaines, de culture du respect des droits, ou encore du fait d’une corruption banalisée, le monde carcéral camerounais est dans une situation inquiétante. Selon les chiffres fournis par l’Etat camerounais au Comité de lutte contre la torture des Nations unies en mars 2010, il y aurait dans les prisons camerounaises, sur un total de 23 196 détenus, 14 265 prévenus en attente de jugement pour 8 931 condamnés. Au-delà des prisons, le problème du respect des droits de la personne privée de liberté est révélé au quotidien par la situation préoccupante dans les commissariats où les gardés à vue se plaignent des traitements qu’ils subissent. L’urgence d’une intervention concerne donc tous les lieux de privation de liberté, afin d’informer les détenus de leurs droits, et de sensibiliser les professionnels au respect des droits fondamentaux des détenus.

Objectif

Renforcer la connaissance et le respect des règles et garanties minimales dues à la personne privée de liberté.

Régions cibles : Douala, Yaoundé, Bamenda et Ngaoundéré

regions cible dide

Activités

  • Formation : une session de 2 jours de formation par an est prévue dans les lieux ciblés par le projet à destination des différents acteurs du monde carcéral (officiers de police judiciaire, magistrats, avocats, personnel pénitentiaire, greffe).
  • Assistance judiciaire aux cas les plus vulnérables : une visite de prison trimestrielle des lieux de détention permettra d’identifier les cas les plus vulnérables et d’apporter à ces personnes une assistance judiciaire gratuite.
  • Sensibilisation auprès des personnes détenues: évènements informatifs, petites conférences, distributions de documents, affichage, rédaction et distribution d’un règlement intérieur à l’intention du personnel du monde carcéral ainsi qu’un livret sur les droits du détenu.

Résultats escomptés

  • Formation : 480 acteurs judiciaires du monde carcéral sont formés.
  • Aide judiciaire : 500 dossiers sont pris en charge par les avocats du programme tout au long de celui-ci.
  • Sensibilisation : 48 visites sont effectuées et environ 4 000 détenus sont sensibilisés à leurs droits.

 

Ce projet a été réalisé en partenariat avec Avocats Sans Frontières Cameroun et le Barreau du Cameroun.

  ASF Cameroun       Barreau du cameroun

 

Il a été financé par la Fondation du Barreau de Paris, la Fondation Un monde Par tous, la Région Midi-Pyrénées et l'Union européenne. 

fondation barreau de paris 2   fondation un monde par tous    Région Midi-Pyrénées Union Européenne

haut de page

Agenda

15 - 18 novembre 2017

Formation de formateurs - Fondamentaux