Actualités

Fin du XVIe Sommet de la Francophonie

Le XVIe Sommet de la Francophonie s’est conclu aujourd’hui, 27 novembre 2016, à Madagascar avec l’adoption par les chefs d’État et de gouvernement de la Déclaration d’Antananarivo. Plus de 6500 participants, dont 20 chefs d’État et de gouvernement et près de 2500 délégués ont pris part à ce grand rendez-vous, soulignant la place de Madagascar au sein de la communauté des nations.

Plusieurs représentants d’organisations partenaires comme l’ONU (Conseil de sécurité et Département des opérations de maintien de la paix, ONU Femmes), l’Union européenne, l’Union africaine et la Banque africaine de développement ont également participé au Sommet.

La Déclaration d’Antananarivo rappelle entre autre le lien indissociable entre une croissance partagée et un développement durable et responsable pour assurer la stabilité du monde et de l’espace francophone. Le texte souligne aussi l’importance de mettre les valeurs francophones au service d’une mondialisation plus harmonieuse, et identifie le développement durable et responsable ainsi que l’énergie pour tous comme objectifs prioritaires.

« Je tiens à saluer les autorités malgaches et plus particulièrement le peuple malgache pour la tenue d’un Sommet non seulement réussi mais, à bien des égards, exceptionnel. Le XVIe Sommet de la Francophonie aura permis aux chefs d’États et de gouvernement réunis d’aborder les principaux enjeux politiques, diplomatiques, économiques, sociaux et sécuritaires qui touchent notre espace commun, ainsi que les actions menées par la Francophonie sur toutes ces questions. Mais plus encore, ce Sommet a été l’occasion de mettre en lumière l’engagement citoyen, la créativité économique, le dynamisme et la vitalité de la jeunesse francophone. Le Sommet de Madagascar réaffirme la pertinence et la place centrale qu’occupe notre organisation sur la scène internationale et donne une impulsion à la puissante force de proposition et d’action de la Francophonie », a déclaré la Secrétaire générale.

La Secrétaire générale et les chefs d’État et de gouvernement présents au Sommet se sont entre autre réjouis de l’avancée de la Stratégie économique pour la Francophonie avec son emphase sur le soutien à l’entreprenariat et la création d’emplois. Les questions d’ordre sécuritaire ont également été au centre des discussions, avec une volonté ferme de mise en commun des effectifs pour la protection des populations et des territoires, ainsi que dans la lutte contre le terrorisme et la radicalisation.

Outre la Déclaration finale, le Sommet a également procédé à l’adoption de treize résolutions portant sur différentes questions comme par exemple les mariages précoces et forcés, la création d’une entité pour la promotion de l’égalité femme-homme et de l’autonomisation des femmes et des filles, la formation professionnelle et technique, la décentralisation et le développement local, ou encore les investissements dans le secteur de la santé. 

Le Président d'ASF France au Sommet des Chefs d'Etats de la Francophonie à Madagascar

En l’absence de Roger Ferrari, président de la conférence des OING, François Cantier, président d’ASF France, a représenté les organisations de la société civile (OSC) francophone en sa qualité de président des OING et OSC de la Mission B Paix, Démocratie et Droits de l’Homme de l’OIF lors du Sommet des Chefs d’Etat de la Francophonie  les 26 et 27 novembre 2016 à Madagascar.

A ce titre, il a assisté au Comité Permanent de la Francophonie, au Conseil des Ministres de la Francophonie et au Sommet des Chefs d’Etat.

Le 22 novembre de 11h15 à 12h30 une « Émission spéciale » intitulée « Dialogue avec la Société civile et les OING » a été enregistrée en présence de M Cantier.


Discours de M François Cantier 


OIF- Sommet des chefs d'état de la Francophonie- Madagascar 25 novembre 2016
Comité Permanent de la Francophonie
Représentants des chefs d'Etats et des Institutions de l'OIF


Madame la Secrétaire Générale, Mesdames, Messieurs les représentants des Etats et des institutions présentes,

Merci à nos hôtes Malgaches pour la qualité de leur accueil et à l'OIF de nous donner un temps de parole.


Je suis François Cantier, Président d'ASF France et à ce titre des OING Paix Démocratie et DDH de l'OIF; je représente le Président de la Conférence des OING empêché.

La société civile réunie dans sa Conférence du 2 au 4 novembre 2016 ici a rédigé une Déclaration à la lecture de laquelle je vous prie de vous reporter.

Je vous en livre la substance.

Kofi Annan a dit: "il n'y pas de développement sans sécurité, il n'y a pas de sécurité sans développement, il n'y a ni sécurité ni développement sans respect des droits de l'Homme."

Mesdames Messieurs les représentants des Etats je vous invite à écouter la société civile, ce sont vos peuples qui vous parlent; parfois avec excès parce que leurs exigences sont élevées, à la hauteur de leurs souffrances et de leurs espérances.

Laissez les s'exprimer; ils ne sont pas dans des enjeux de pouvoir; seule leur liberté permet la connaissance des réalités sous toutes leurs facettes; et seule la connaissance de ces réalités vous permet de mieux appréhender les problèmes et de leur apporter des solutions adéquates; ne portez pas atteinte à ceux qui parlent en leur nom, ce serait votre ultime aveu de faiblesse! la loi du silence n'étant pas du registre de la Démocratie.

La vérité est que trop nombreux sont les citoyens qui souffrent dans notre espace Francophone d'une mauvaise gouvernance qui se traduit par la corruption, la pauvreté, le manque d'éducation et de soins et des atteintes graves aux droits fondamentaux; aucun texte de loi, aucune convention internationale, aucune culture, aucune tradition n'autorise le meurtre, la torture, la privation sans motif de la liberté, interdit les soins ou l'éducation.

Certains peuples se sont déjà révoltés et ont chassé des dirigeants totalement discrédités; d'autres s'apprêtent à le faire et tous un jour y parviendront car chacun connaît à l'échelle de l'histoire le destin de ceux qui ont trahi leurs devoirs.

A ce sujet je me joins aux vœux formulés pour un soutien sans faille à la CPI; cette institution a été créée sous l'instigation de la société civile; elle constitue la réalisation d'un vieux rêve de l'humanité au service des peuples pour que ceux qui les massacrent répondent de leurs crimes; et en tant qu'Avocat je voudrais rassurer les innocents, ils n'ont rien à craindre de cette Justice.

La Société civile salue les efforts inlassables de l'OIF pour traduire en actes les valeurs et principes sur lesquels elle est fondée et votre engagement, Madame la Secrétaire Générale à leur service, comme ce fut le cas de votre prédécesseur.

À vous représentants des Etats, nous voulons vous dire: luttez efficacement contre la corruption, respectez les droits fondamentaux de vos concitoyens, développez l'éducation et l'accès aux soins, faites en sorte que vos sujets puissent vivre dans leur pays, le votre; et à vous pays du Nord, considérez que votre hégémonie économique vous confère d'abord des devoirs: sachez enfin partager pour construire un monde plus équitable; accueillez dignement les populations qui fuient la misère, la violence et la guerre; l'égoïsme et la tyrannie de l'argent ne sont pas les maux les moins cruels; le sort réservé aux migrants étant un puissant révélateur de l'attachement aux valeurs d'humanité et de solidarité qui sont la marque des cultures qui peuplent notre espace Francophone.



Nous proposons au Comité Permanent de la Francophonie de prendre une résolution sur la question des migrants et la nécessité de respecter tout au long de leurs parcours leurs droits fondamentaux, la Francophonie comprenant des Etats d'origine, de transit et de destination.

Merci Madame la Secrétaire Générale de souligner le rôle essentiel de la société civile au sein de la Francophonie; son soutien vous est acquis autour des valeurs et principes inscrits dans la Déclaration de Bamako; dans nos Associations les femmes et les jeunes jouent un rôle essentiel et constituent un formidable vivier d'énergie et d'innovation; nous invitons les Etats à assurer toujours d'avanatage leur promotion qu'exige le principe d'égalité entre tous les êtres humains.

Merci de votre écoute avec l'espoir que notre message sera entendu et que des améliorations sensibles seront apportés à nos peuples et en leur sein, d'abord, aux plus vulnérables d'entre eux pour, que vivent les idéaux de la Francophonie.

François Cantier
Avocat
Président d'Avocats sans Frontières France
Président des OING de la Mission'Paix, Démocratie et Droits de l'Homme de la Francophonie,
Président par intérim de la Conférence des OING de l'OIF


 

 

 

 

Agenda

8 - 11 Mars 2017

Formations de formateurs - Fondamentaux