Actualités

NIGERIA : ASF France met en place une ligne d'assistance téléphonique

 Communiqué de presse - Abuja, 02 avril 2020 

 
Avocats Sans Frontières France plaide pour les droits de l’Homme au lendemain du confinement de COVID19. Une ligne d'assistance téléphonique mise en place pour le signalement des violations. 
 
Dans le cadre de la pandémie COVID-19 et du blocage des principales activités commerciales à Abuja et dans d'autres villes du Nigeria par le gouvernement Avocats Sans Frontières France (ASF France) appelle les agences de sécurité à faire preuve de décorum et à respecter les droits de l’Homme dans l'exercice de leur devoir de maintien de l'ordre tout en appliquant le confinement. 
 
ASF France réitère que la vague actuelle de graves violations des droits de l’Homme contre les Nigérians, commises par les agents de sécurité, ne doit pas prévaloir en ces temps difficiles, alors même que le monde se bat contre la pandémie de COVID-19. 
 
ASF France appelle les agences de sécurité, en particulier la police, à renoncer aux arrestations et détentions arbitraires de citoyens dans le but d'imposer un confinement. 
 
La menace d'un recours excessif à la force ou à la torture contre les citoyens à ce stade doit être rapidement traitée par le gouvernement. Le gouvernement nigérian doit rappeler qu'il est signataire de la Convention des Nations Unies contre la torture qui interdit formellement l'usage de la torture par les agences de sécurité en toute circonstance. 
 
Selon Angela Uwandu, chef du bureau d'ASF France au Nigeria, « même s'il existe des restrictions sur la mobilité des personnes et la conduite de certaines activités commerciales dans de nombreuses villes du pays, les agences de sécurité devraient former leur personnel de manière adéquate pour qu'il s'abstienne de commettre des violations des droits de l’Homme dans cette période ». 
 
« Les graves violations des droits de l’Homme, telles que les arrestations et les détentions arbitraires, la torture, les mauvais traitements et les exécutions extrajudiciaires, par les agences de sécurité devraient être évitées, d'autant plus que le pays s'efforce de faire face aux effets de la pandémie COVID-19 », a-t-elle ajouté. 
 
Elle a aussi déclaré qu’ASF France « reste engagée à fournir un accès à la justice aux victimes de ces violations, même en ces temps difficiles, via ses projets SAFE et ProCAT. La sécurité des personnes déjà en détention devrait également être une priorité pour le gouvernement. La libération des délinquants mineurs et des personnes en détention provisoire devrait être considérée comme une mesure visant à réduire la surpopulation dans les centres de détention en cette période critique ». 
 
ASF France invite le grand public à appeler sa ligne d'assistance téléphonique : +234 701 061 9353 pour signaler les cas de violations des droits de l’Homme par les agences de sécurité pendant ce confinement. Nous sommes également joignables par email à l'adresse suivante : communication.nigeria@avocatssansfrontieres-france.org. ASF France est active dans les Etats d'Edo, Enugu, Imo, Kaduna et Lagos.    
 
Les projets SAFE et ProCAT sont financés par l'Union européenne et l'UNVFVT respectivement pour traiter les violations graves des droits de l’Homme par les agences de sécurité au Nigeria. 
 
Pour de plus amples informations, veuillez contacter  Responsable de la communication d'ASF France, Abuja,  Courriel : communication.nigeria@avocatssansfrontieres-france.org  Tél : (+234) 0701 328 6982 

Agenda